AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Chronique rap : De Gil Scott-Heron à KaarisVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Quoran
avatar
Goultard

Nombre de messages : 2474
Nom sur Dofus : Quoran
Personnage
Nom: Quoran
Classe: Sram
Alignement: Bontarien
Sujet: Chronique rap : De Gil Scott-Heron à Kaaris Dim 1 Juin - 18:32

Chronique rap : De Gil Scott-Heron à Kaaris

Avant-propos : Il faut savoir que Gil Scott-Heron n’est pas à proprement parler un rappeur mais il est considéré pour beaucoup comme l’un des pères du rap mais petite parenthèse avant tout cella :

(Gil Scott-Heron était un artiste sur le terrain, il avait des convictions et était un défendeur de la communauté noir, il jouait donc souvent pour des causes autant pour les blacks panthers que d’autres groupes, il ne faisait en revanche pas de rap comme on le connait aujourd'hui, il était plus dans un style spoken word … c’est donc pas ses convictions et son style que beaucoup le considèrent comme le père du rap.)

Je donnerais donc les origines du rap avant ses débuts au sens propre du terme et j’irai jusqu’à Kaaris (rappeur Français originaire de Sevran) qui est un des rappeurs qui fait sensation en ce moment)

Le but étant de retracer l’histoire du rap pour mieux le comprendre et aussi pour faire découvrir aux gens les différents courants qui existent et les diverses influences qui ont pu exister.

Définition du rap :

Pour la définition je ne vais pas m’emmerder à recréer la roue et je vais citer Wikipédia :

« Le rap est une forme d'expression vocale appartenant au mouvement culturel hip-hop, apparue au milieu des années 1970 dans les ghettos aux États-Unis. Le rap consiste le plus souvent à égrener des couplets rimés séparés par des refrains, accompagnés de rythmes (beat, scratching, échantillonnage).
Le mot rap provient de l'anglais « to rap », verbe qui signifie « bavarder sur un fond rythmique » dans l'argot noir américain »


Les débuts du rap :

Le rap était peu connu du monde avant la chanson « The message » de The Grandmaster Flash dont l’instrumental est aujourd'hui connu de presque tout le monde sans que vous le sachiez (par exemple il a récemment était utilisé dans une pub Lacoste)



Avant cette musique qui a été un véritable tremblement de terre dans le petit monde du rap d’autres artistes existaient dans les rues des ghettos Américains mais très peu étaient connues, pour la plupart c’était des petits groupes locaux qui étaient connus en grande partie grâce à des petites radios, nous avons donc avant the message peu d’exemple à sortir sur le rap à proprement parler.

Les seuls artistes qui seront vraiment visibles avant the message (et qui sont donc réellement influençable sur le rap) étaient des artistes tel que Gil Scott-Heron, The Last Poets, Gylan Kain et encore d’autre … en gros, on pourrait presque en conclure que le début du rap c’est surtout du Spoken word et un titre de rap pur et dur, c’est une grossière réduction bien sûr mais bon.







Les années 80 :

L’une des plus grosses périodes du rap, c’est un peu LA période revendicatrice et engagée ce qui va donc naturellement suivre le cours de Gil Scott-Heron et autre on aura notamment le droit à Public Enemy qui va nous pondre « Fight the Power » en 89 et bien sûr d’autres groupes comme The Zulu Nation, Afrika Bambaataa qui seront à eux trois des sortes de revendicateur à travers une musique qu’ils reconnaissent et qui les reconnaît.





La grosse différence entre maintenant et avant c’est surtout que la plus grande partie de ces rappeurs étaient sur le terrain et suivaient à fond leurs convictions.
Bien sûr, il n’y a pas que des groupes qui se veulent revendicateur ou autre et on aura le droit à une des premières apparitions du rap de divertissement avec les groupes RUN DMC, Beastie Boys, The Sugarhill Gang.









Remarque, revenons à Public Enemy, il est important de préciser certaines nuances, les groupes tels que Zulu Nation ou autres n’étaient pas autant revendicateur dans leurs musiques que Public Enemy mais ils utilisaient quand même la musique comme moyen d’éloigner les jeunes de la drogue et de la criminalité et leurs sons étaient généralement assez funky.
C’est donc naturellement que Public Enemy va radicalement changer les choses et devenir beaucoup moins festif et beaucoup plus agressif et cela va vite se faire ressentir en France, car voilà fin des années 80 les groupes de rap Français arrivent avec la toute fraiche influence de Public Enemy dans les têtes.

Les années 90 :

Où l’âge d’or du rap, NWA cartonne avec Straight Outta Compton et vire définitivement le monopole de New York dans le rap et le Gangsta rap commence à bien grossir et remet au goût du jour le style funky des débuts du rap mais le tout sans parole funky, on garde donc l’influence parolière de New York et on change le fond on pourra donc bien parler d’évolution et non d’un simple retour aux sources.



Vient donc les gros rappeurs de l’ouest et sort Tupac, Dr Dre, Snoop dogg, Kurupt et toute la clique et nous chient des classiques à tour de bras à grand coup de California Love et de Who i’am.





Mais là où il n’y a plus d’espoir y’a Nas, ouais Nas, pas le serveur ducon le rappeur qui va nous sortir l’album illuminatic avec notamment « NY State of Mind » et … tout l’album en fait puis en plus de tout ça faut rajouter Mobb Deep et l’album the infamous qui contient notamment le très gros classique « Shook Ones part II» et puis bien sûr LE groupe de rap le Wu Tang Clan et son fameux « Enter the Wu tang 36th Chambers ».





Aller en bonus, du lourd de chez Wu-tang histoire que les gens comprennent pourquoi on dit que c'est le groupe :



Ceci dit un autre rappeur va venir mettre sa grosse truffe dans ce merdier qu’est le rap et faut bien le citer parce que l’histoire de rivalité qu’il aura avec Tupac sera mondialement connue, je parle bien sûr de Notorious BIG et son « Ready to die »



Il s'ensuit d'ailleurs une guerre entre l'est et l'ouest des États-Unis due à la rivalité entre 2Pac et Notorious B.I.G... Celle-ci se termine par la mort prématurée des deux protagonistes, assassinés en 1996 pour le premier et en 1997 pour le second. Cette date marque la fin d'une époque pour le hip-hop old school.

Le rap aujourd’hui :

Aujourd'hui le rap est plus « ouvert » et n’est plus forcément la musique du ghetto faîtes par des noirs pour des noirs mais plutôt une simple musique populaire il a donc forcément perdu beaucoup de ses principes de début mais ça ne veut pas dire que ce rap n’existe pas, aujourd'hui le rap est assez gros et propose tant de style différent que à peu près n’importe qui peut trouver son bonheur.

Il existe une personne très peu connue du monde du rap et elle s’appelle Nujabes, mort il y a peu il a laissé derrière lui un certain héritage avec un style bien à lui dont voici quelques artistes : Nujabes (forcément), Moderator, Bambino, Fat Jon, Go Starfish, Evan Awake, Karamel Kel, Ta sœur.











Mais quand même, un style bien particulier de rap s’est il y a peu sorti du lot, le Drill qui est un rap au texte souvent violent et aux fortes influences de trap-musique on pourra par exemple citer des rappeurs tel que Chief Keef, Lil Durk, Lil reese, King louie et Fredo Santana d’abord un phénomène Américain ce style de musique vient aujourd’hui en France grâce à Kaaris qui a su s’approprier le genre dans la langue Française.







C’était une chronique rapide et grossière mais bon pour faire une vraie chronique ça prends énormément de temps et je voulais faire ça en remplacement du manque de chronique pour cette semaine :p
Revenir en haut Aller en bas
Chronique rap : De Gil Scott-Heron à KaarisVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
˚°o KostarKravatt o°˚ :: 

Les plaines de KostarKravatt

 :: 

L'Ô Berge Ô Zidées

-