AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

La longue et (pas) passionnante histoire de Gros !Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Gros
avatar
[KtK] Bras Droit (qui voulait être meneur à la place du meneur)

Nombre de messages : 1393
Nom sur Dofus : Gros-chanceux
Personnage
Nom: Gros-chanceux
Classe: Enutrof
Alignement: Sériane
Sujet: La longue et (pas) passionnante histoire de Gros ! Jeu 20 Mai - 16:25

Coucou bande de fous ! Voici donc mon histoire, pour ceux que ça intéresse ; de mes tous débuts voire avant jusqu'à maintenant. Pour ce qui est du tout tout début je ne m'en souviens plus du tout, mais j'ai retrouvé quelques pages du journal intime de ma mère déchiré. Je vais vous les mettre, dans l'ordre, en commentant un peu pour que vous compreniez mieux. Pour la suite, je m'en souviens bien donc le journal ne servira pas.

Citation :
6 martalo 554 : Aujourd'hui j'aurai dû accoucher malheureusement je continue à souffrir sans que l'enfant ne naisse... Grâce à son père par contre j'ai le droit à des soins de qualités ; il y a toujours deux Eniripsas qui sont auprès de moi, et ils ont l'air très qualifiés.
J'espère que je vais accoucher au plus vite la douleur est insoutenable, mais j'aimerai que son père soit là pour le voir...


Je n'ai découpé que ce bout de feuille le reste est illisible... Il reste un bout du lendemain, le voici :

Citation :
Il est 18h38 je viens d'accoucher... mon enfant est magnifique j'espère qu'il ne vouera pas un culte à un Dieu trop violent comme Iop ou Sacrieur... il a l'air tout frêle... Son père n'est toujours pas rentré je ne sais pas si c'est bon signe, je me fais peut être un sang d'encre pour rien mais son métier est quand même très dangereux !
Je suis las de le voir si peux... peut être suis-je trop exigeante, il rapporte plein d'argent et ce ne doit pas être facile tous les jours d'être

Et oui le journal s'est coupé en plein milieu de sa phrase. Moi qui ai toujours voulu savoir son métier. Ah ce qu'on a pu faire pour me le cacher ce métier... Les réunions secrètes dans des endroits de la maison dont j'ignorais la simple existence ; les "codes" qu'utilisaient mes parents et leurs amis pour en parler entre eux... Que c'était fatiguant...

Mais passons maintenant à la suite de ma vie, l'époque qui s'ecoula entre ma naissance et mes 4 ans n'est pas vraiment passionnante... même inutile pour tout vous dire. Lors de mon quatrième anniversaire, donc, mon père me prit à part et me dit évidemment je ne me souviens plus exactement mais c'était à peu près ça :

" Mon fils, je sais que tu ne me connais que très peu à cause de mes absences longues et nombreuses mais je veux que tu saches que je t'aime vraiment ! Aujourd'hui tu as 4 ans et tu as encore 3 années pour réfléchir au Dieu que tu vas vénerer, mais évite les classes trop violentes ; ta mère se ferait beaucoup de soucis pour toi...
Si je te dis ça, car tu dois bien te demander pourquoi je te le dis, c'est parce qu'aujourd'hui c'est le dernier jour où je te vois ; je pars demain tôt pour une mission de trois ans minimum, et peut-être plus."

Une fois qu'il eût fini son discours je ne put faire aucun commentaire, je n'étais pas assez âgé pour me rendre compte de la situation et je ne m'étais que très peu attaché à lui. Il partit donc et il avait vu juste sur la date de son retour : il arriva la veille de mon septième anniversaire. Les années sans sa présence s'étaient déroulées le plus normalement du monde, si ce n'est ce " petit " détail : j'avais trouvé ma voie, les doigts d'Enutrof.
Ma mère s'empressa d'annoncer la nouvelle à mon père qui vint alors me voir. J'avais ma pelle à la main et je farfouillais les champs avoisinants notre luxueux manoir, lorsqu'il s'accroupit près de moi. Il entama la discussion. Il me disait qu'il fallait que je soit sur de moi et d'autres banalités comme ça.
En fait, je ne l'écoutait quasiment pas, je me contentait de hocher la tête au bon moment pour lui faire plaisir. Pour être franc je ne l'ai jamais beaucoup apprécié, je lui reprochais ses absences et je ne le considérais peut être même pas comme un père, mais comme un étranger...
J'ai retrouvé une page du journal de ma mère qui peut être intéressante :
Citation :
Aujourd'hui j'ai encore hésité à raconter pourquoi nous lui cachons tant de choses à mon petit Gros-chanceux. Mais son père m'a conseillé de ne pas lui dire avant encore quelques années... je ne sais pas si je tiendrai... En tout cas je suis contente qu'il ai choisi la voie d'Enutrof, au moins notre fils n'est pas un guerrier comme son père, qui manque de perdre la vie chaque jour.
Si j'avais su ça à l'époque, j'aurais peut être plus compris, et je n'aurai pas fait l'énorme erreur... celle de partir de chez moi. J'avais environ 14 ans lorsque j'en ai eu marre. Une dispute avait éclaté entre ma mère et moi, et comme c'est la seule personne à qui je tenais, cela m'avait détruit de l'intérieur.

Après ma fugue, plusieurs mois passèrent... j'errais dans Amakna, découvrant le monde, les personnes y vivant. En fait la vie seul me plaisait bien. Je commençait à m'habituer à vivre seul, dormant parfois chez des gens sympathiques qui acceptaient de m'héberger, d'autres fois dans la rue, près d'une maison, je pouvais enfin faire tout ce dont j'avais envie ! La richesse ne me manquait pas du tout.
Mais il ne se passa pas un jour sans que je regrette d'avoir laissé ma mère seule... Alors un jour je décidais de rentrer pour vérifier qu'elle allait bien. Lorsque j'arrivai là où notre maison aurait du se trouver, il ne restait plus que des ruines... la maison avait été incendiée.

Je voulais me rattraper tellement j'étais rongé par le remord. Aussi je pris contact avec les Sérianes pour la première fois. Lorsque j'eus dépassé le pas de la porte, la première personne que je put voir en face de moi était mon père. Je fut d'abord surpris, mais il ne me fallut pas longtemps pour comprendre ce qu'il me cachait depuis tant d'années : c'était un mercenaire.
Je fis donc abstraction du fait que je ne l'appréciais pas, et pour notre intérêt commun je lui expliquai la situation. Ni une ni deux il partit à sa recherche. J'attendais donc, calmement... enfin j'essayais plutôt de me calmer. Je discutais vaguement avec quelques sérianes mais le plaisir n'y était pas. Je me suis quand même informé sur le clan, afin de connaître plus de détails sur le pourquoi de toutes ces cachoteries.

J'attendais donc, avec l'estomac noué, dans l'espoir de revoir un jour ma mère vivante. Un jour entier passa sans aucune nouvelle ; je n'avais pas dormi depuis une trentaine d'heures mais tout cela ne m'importait que peu. Qu'allait-il m'arriver si je ne la revoyais jamais ? Je n'aurai pas été capable d'y survivre je crois... mais heureusement le lendemain, mon paternel revint. Je m'enquis de lui demander s'il avait retrouvé ma mère.
Il ne répondit pas tout de suite, mais après quelques secondes de silence qui me parurent interminables, il soupira un bref "oui..."

J'étais tellement heureux que je n'avais pas relevé la façon dont il avait dit ce "oui". Qu'était ce petit détail par rapport à l'immense bonheur de retrouver ma mère ? Bref j'accourus dehors, pressé de lui demander ce qu'il s'était réellement passé et voir si elle n'avait rien. S'ensuivit un discours qu'il serait alors inutile de vous raconter tant il était long et ennuyant. Elle me disait des choses telles que "il ne faut pas que tu en veuille à ton père", "il faisait ça pour toi" etc... Mais elle n'avait rien : elle n'était pas là lorsque la maison eut prit feu.

Nous nous séparâmes donc après cet incident, une seconde fois. Ma mère m'avait dit que j'avais prouvé qu'il était temps pour moi de partir ; mon père, je ne lui avait pas reparlé.

Une trentaine d'années passa sans nouvelles. Je m'étais engagé dans la milice de Bonta, j'étais toujours célibataire, bref ma vie n'était pas très passionnante. Un "beau" jour, je me promenais donc dans les rues de ma ville quand un Eniripsa se précipita sur moi.
- Gros-chanceux ? s'écria-t-il de loin avec le peu de souffle qu'il lui restait.
- Oui, c'est mon nom, effectivement, lui répondis-je.
- Enfin ! Vous savez les Enutrofs avec des barbes bleus et des ailes de Bontarien, c'est commun dans Bonta !
- Je l'ignorais mais... si vous le dites...
- Oui, bon, comme vous vous en doutez je ne suis pas là pour parler de ça. Venez, suivez moi, votre mère est mourante c'est très urgent.
Je me précipita donc derière lui, essayant de rester digne malgré la tristesse que cette nouvelle me procurait.

Arrivé dans une maison, ma mère me dit :
- Mon heure est proche, il faut que je te dise quelque chose. Tu ne le sais peut être pas, mais ton père et moi nous sommes séparés le jour où il m'a retrouvé.
Cette seconde nouvelle me fit un autre choc. Voilà pourquoi il n'avait pas l'air heureux de l'avoir retrouvé... Elle ajouta :
- J'ai pu garder... notre belle... maison... à Amakna. Elle te... revient de droit. J'espère que... tu prendras... soin de toi.
Sur ces mots elle quitta notre beau monde des Douze. Je pleurais toutes les larmes de mon corps. Quelques jours passèrent avant que je reprenne mes esprits. Je me rendis donc à la maison qui était maintenant la mienne.
C'est là bas que je retrouvai les pages de ce précieux journal intime. C'est aussi là bas que je passa le reste de ma vie tranquillement...

... Jusqu'au jour où j'ai eu 86 ans. J'ai décidé qu'il fallait que je prenne mon avenir en main (l'avantage d'un Enutrof étant qu'il reste de l'avenir à 86 ans !). Je quittais donc la milice Bontarienne afin de rejoindre... en fait je ne sais pas ce que je voulais rejoindre. Toujours est-il que j'en avait marre de Bonta. Un petit mois passa avant que je rencontre un Sériane sur un chemin. La rancœur envers les mercenaires à cause de mon père était passée. Ni une ni deux je me précipita donc pour vendre ma maison, m'acheter de quoi me battre, m'entrainer un peu, puis apprendre comment devenir Sériane.

Et vous connaissez la suite...
_________________
Cordonnier 80 et maître cordomage,
Pêcheur 40 poissonnier 77


Dernière édition par Gros le Ven 21 Mai - 16:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Zoulouh
avatar
[KtK] Pilier de bar

Nombre de messages : 800
Nom sur Dofus : Zoulouh
Personnage
Nom: Zoulouh
Classe: Sadida
Alignement: Sériane
Sujet: Re: La longue et (pas) passionnante histoire de Gros ! Jeu 20 Mai - 18:39

@Gros a écrit:
Coucou bande de fous ! Voici donc mon histoire, pour ceux que ça intéresse ; de mes tous débuts voire avant jusqu'à maintenant. Pour ce qui est du tout tout début je ne m'en souviens plus du tout, mais j'ai retrouvé quelques pages du journal intime de ma mère déchiré. Je vais vous les mettre, dans l'ordre, en commentant un peu pour que vous compreniez mieux. Pour la suite, je m'en souviens bien donc le journal ne servira pas.

Citation :
6 martalo 554 : Aujourd'hui j'aurai dû accoucher malheureusement je continue à souffrir sans que l'enfant ne naisse... Grâce à son père par contre j'ai le droit à des soins de qualités ; il y a toujours deux Eniripsas qui sont auprès de moi, et ils ont l'air très qualifiés.
J'espère que je vais accoucher au plus vite la douleur est insoutenable, mais j'aimerai que son père soit là pour le voir...


Je n'ai découpé que ce bout de feuille le reste est illisible... Il reste un bout du lendemain, le voici :

Citation :
Il est 18h38 je viens d'accoucher... mon enfant est magnifique j'espère qu'il ne vouera pas un culte à un Dieu trop violent comme Iop ou Sacrieur... il a l'air tout frêle... Son père n'est toujours pas rentré je ne sais pas si c'est bon signe, je me fais peut être un sang d'encre pour rien mais son métier est quand même très dangereux !
Je suis las de le voir si peux... peut être suis-je trop exigeante, il rapporte plein d'argent et ce ne doit pas être facile tous les jours d'être

Et oui le journal s'est coupé en plein milieu de sa phrase. Moi qui ai toujours voulu savoir son métier. Ah ce qu'on a pu faire pour me le cacher ce métier... Les réunions secrètes dans des endroits de la maison dont j'ignorais la simple existence ; les "codes" qu'utilisaient mes parents et leurs amis pour en parler entre eux... Que c'était fatiguant...

Mais passons maintenant à la suite de ma vie, l'époque qui s'ecoula entre ma naissance et mes 4 ans n'est pas vraiment passionnante... même inutile pour tout vous dire. Lors de mon quatrième anniversaire, donc, mon père me prit à part et me dit évidemment je ne me souviens plus exactement mais c'était à peu près ça :

" Mon fils, je sais que tu ne me connais que très peu à cause de mes absences longues et nombreuses mais je veux que tu saches que je t'aime vraiment ! Aujourd'hui tu as 4 ans et tu as encore 3 années pour réfléchir au Dieu que tu vas vénerer, mais évite les classes trop violentes ; ta mère se ferait beaucoup de soucis pour toi...
Si je te dis ça, car tu dois bien te demander pourquoi je te le dis, c'est parce qu'aujourd'hui c'est le dernier jour où je te vois ; je pars demain tôt pour une mission de trois ans minimum, et peut-être plus."

Une fois qu'il eût fini son discours je ne put faire aucun commentaire, je n'étais pas assez âgé pour me rendre compte de la situation et je ne m'étais que très peu attaché à lui. Il partit donc et il avait vu juste sur la date de son retour : il arriva la veille de mon septième anniversaire. Les années sans sa présence s'étaient déroulées le plus normalement du monde, si ce n'est ce " petit " détail : j'avais trouvé ma voie, les doigts d'Enutrof.
Ma mère s'empressa d'annoncer la nouvelle à mon père qui vint alors me voir. J'avais ma pelle à la main et je farfouillais les champs avoisinants notre luxueux manoir, lorsqu'il s'accroupit près de moi. Il entama la discussion. Il me disait qu'il fallait que je soit sur de moi et d'autres banalités comme ça.
En fait, je ne l'écoutait quasiment pas, je me contentait de hocher la tête au bon moment pour lui faire plaisir. Pour être franc je ne l'ai jamais beaucoup apprécié, je lui reprochais ses absences et je ne le considérais peut être même pas comme un père, mais comme un étranger...
J'ai retrouvé une page du journal de ma mère qui peut être intéressante :
Citation :
Aujourd'hui j'ai encore hésité à raconter pourquoi nous lui cachons tant de choses à mon petit Gros-chanceux. Mais son père m'a conseillé de ne pas lui dire avant encore quelques années... je ne sais pas si je tiendrai... En tout cas je suis content qu'il ai choisi la voie d'Enutrof, au moins notre fils n'est pas un guerrier comme son père, qui manque de perdre la vie chaque jour.
Si j'avais su ça à l'époque, j'aurais peut être plus compris, et je n'aurai pas fait l'énorme erreur... celle de partir de chez moi. J'avais environ 14 ans lorsque j'en ai eu marre. Une dispute avait éclaté entre ma mère et moi, et comme c'est la seule personne à qui je tenais, cela m'avait détruit de l'intérieur.

Après ma fugue, plusieurs mois passèrent... j'errais dans Amakna, découvrant le monde, les personnes y vivant. En fait la vie seul me plaisait bien. Je commençait à m'habituer à vivre seul, dormant parfois chez des gens sympathiques qui acceptaient de m'héberger, d'autres fois dans la rue, près d'une maison, je pouvais enfin faire tout ce dont j'avais envie ! La richesse ne me manquait pas du tout.
Mais il ne se passa pas un jour sans que je regrette d'avoir laissé ma mère seule... Alors un jour je décidais de rentrer pour vérifier qu'elle allait bien. Lorsque j'arrivai là où notre maison aurait du se trouver, il ne restait plus que des ruines... la maison avait été incendiée.

Je voulais me rattraper tellement j'étais rongé par le remord. Aussi je pris contact avec les Sérianes pour la première fois. Lorsque j'eus dépassé le pas de la porte, la première personne que je put voir en face de moi était mon père. Je fut d'abord surpris, mais il ne me fallut pas longtemps pour comprendre ce qu'il me cachait depuis tant d'années : c'était un mercenaire.
Je fis donc abstraction du fait que je ne l'appréciais pas, et pour notre intérêt commun je lui expliquai la situation. Ni une ni deux il partit à sa recherche. J'attendais donc, calmement... enfin j'essayais plutôt de me calmer. Je discutais vaguement avec quelques sérianes mais le plaisir n'y était pas. Je me suis quand même informé sur le clan, afin de connaître plus de détails sur le pourquoi de toutes ces cachoteries.

J'attendais donc, avec l'estomac noué, dans l'espoir de revoir un jour ma mère vivante. Un jour entier passa sans aucune nouvelle ; je n'avais pas dormi depuis une trentaine d'heures mais tout cela ne m'importait que peu. Qu'allait-il m'arriver si je ne la revoyais jamais ? Je n'aurai pas été capable d'y survivre je crois... mais heureusement le lendemain, mon paternel revint. Je m'enquis de lui demander s'il avait retrouvé ma mère.
Il ne répondit pas tout de suite, mais après quelques secondes de silence qui me parurent interminables, il soupira un bref "oui..."

J'étais tellement heureux que je n'avais pas relevé la façon dont il avait dit ce "oui". Qu'était ce petit détail par rapport à l'immense bonheur de retrouver ma mère ? Bref j'accourus dehors, pressé de lui demander ce qu'il s'était réellement passé et voir si elle n'avait rien. S'ensuivit un discours qu'il serait alors inutile de vous raconter tant il était long et ennuyant. Elle me disait des choses telles que "il ne faut pas que tu en veuille à ton père", "il faisait ça pour toi" etc... Mais elle n'avait rien : elle n'était pas là lorsque la maison eut prit feu.

Nous nous séparâmes donc après cet incident, une seconde fois. Ma mère m'avait dit que j'avais prouvé qu'il était temps pour moi de partir ; mon père, je ne lui avait pas reparlé.

Une trentaine d'années passa sans nouvelles. Je m'étais engagé dans la milice de Bonta, j'étais toujours célibataire, bref ma vie n'était pas très passionnante. Un "beau" jour, je me promenais donc dans les rues de ma ville quand un Eniripsa se précipita sur moi.
- Gros-chanceux ? s'écria-t-il de loin avec le peu de souffle qu'il lui restait.
- Oui, c'est mon nom, effectivement, lui répondis-je.
- Enfin ! Vous savez les Enutrofs avec des barbes bleus et des ailes de Bontarien, c'est commun dans Bonta !
- Je l'ignorais mais... si vous le dites...
- Oui, bon, comme vous vous en doutez je ne suis pas là pour parler de ça. Venez, suivez moi, votre mère est mourante c'est très urgent.
Je me précipita donc derière lui, essayant de rester digne malgré la tristesse que cette nouvelle me procurait.

Arrivé dans une maison, ma mère me dit :
- Mon heure est proche, il faut que je te dise quelque chose. Tu ne le sais peut être pas, mais ton père et moi nous sommes séparés le jour où il m'a retrouvé.
Cette seconde nouvelle me fit un autre choc. Voilà pourquoi il n'avait pas l'air heureux de l'avoir retrouvé... Elle ajouta :
- J'ai pu garder... notre belle... maison... à Amakna. Elle te... revient de droit. J'espère que... tu prendras... soin de toi.
Sur ces mots elle quitta notre beau monde des Douze. Je pleurais toutes les larmes de mon corps. Quelques jours passèrent avant que je reprenne mes esprits. Je me rendis donc à la maison qui était maintenant la mienne.
C'est là bas que je retrouvai les pages de ce précieux journal intime. C'est aussi là bas que je passa le reste de ma vie tranquillement...

... Jusqu'au jour où j'ai eu 86 ans. J'ai décidé qu'il fallait que je prenne mon avenir en main (l'avantage d'un Enutrof étant qu'il reste de l'avenir à 86 ans !). Je quittais donc la milice Bontarienne afin de rejoindre... en fait je ne sais pas ce que je voulais rejoindre. Toujours est-il que j'en avait marre de Bonta. Un petit mois passa avant que je rencontre un Sériane sur un chemin. La rancœur envers les mercenaires à cause de mon père était passée. Ni une ni deux je me précipita donc pour vendre ma maison, m'acheter de quoi me battre, m'entrainer un peu, puis apprendre comment devenir Sériane.

Et vous connaissez la suite...

Très... inutile :p

Non je rigole mon Gros, c'est pas toujours clair malheureusement et c'est le genre de BG que je n'aime pas car il ne respecte pas certaine règles, dès règles qui m'ont été inculqué lorsque j'étais dans mon ancienne guilde...
Alors je te dis pas de tout refaire mais ne sait-on jamais si tu veux devenir le pro du RP ^^ :
- http://robinwoodeurs-du-nord.org/Jouer-son-personnage-01.pdf
- http://robinwoodeurs-du-nord.org/Jouer-son-personnage-02.pdf

Mais à part ça... ton histoire est intéressante Smile
Revenir en haut Aller en bas
mat-invocateur
avatar
[Ktk] Meneur

Nombre de messages : 3913
Nom sur Dofus : mat-invocateur
Personnage
Nom: mat-invocateur
Classe: Osamodas
Alignement: Brakmarien
Sujet: Re: La longue et (pas) passionnante histoire de Gros ! Ven 21 Mai - 8:06

Euh, je savais aps tout ca de ta vie mon gros



mais ta mère était une travestie?? Car dans son journal elle parle au masculin à un moment Twisted Evil


Félicitation pour cette histoire de ta vie.
_________________



Revenir en haut Aller en bas
http://pagesperso-orange.fr/matetmelo/
Maxmin
avatar
KtK à la retraite

Nombre de messages : 1115
Nom sur Dofus : YoP-MaXmin-YoP
Personnage
Nom: YoP-MaXmin-YoP
Classe: Iop
Alignement: Bontarien
Sujet: Re: La longue et (pas) passionnante histoire de Gros ! Ven 21 Mai - 11:21

Zouh, tu t'es sentis obligé de citer l'intégralité du message de Gros ???

... HAAAAAAAAAAAA !!! c'est pour donner de la consistance à ton message xD.

Bon en tout cas Gros, t'as beaucoup de courage pour écrire tout ça ^^
Revenir en haut Aller en bas
Gros
avatar
[KtK] Bras Droit (qui voulait être meneur à la place du meneur)

Nombre de messages : 1393
Nom sur Dofus : Gros-chanceux
Personnage
Nom: Gros-chanceux
Classe: Enutrof
Alignement: Sériane
Sujet: Re: La longue et (pas) passionnante histoire de Gros ! Ven 21 Mai - 14:19

J'avoue Zouzou, t'étais pas obligé de tout citer x)
Sinon bah euh j'ai essayé de faire une histoire qui correspondait avec tout le monde de Dofus, t'entends quoi par règles pas respectées ? T_T

Euh oui ma mère était une travestie ! (plus sérieusement j'vais chercher la faute pour la corriger x))

Sinon bah, en plus du courage, je devais écrire mon BG pour les Sérianes donc, j'en ai profité pour faire une longue histoire Smile (j'aime bien écrire)
_________________
Cordonnier 80 et maître cordomage,
Pêcheur 40 poissonnier 77
Revenir en haut Aller en bas
mat-invocateur
avatar
[Ktk] Meneur

Nombre de messages : 3913
Nom sur Dofus : mat-invocateur
Personnage
Nom: mat-invocateur
Classe: Osamodas
Alignement: Brakmarien
Sujet: Re: La longue et (pas) passionnante histoire de Gros ! Ven 21 Mai - 14:42

Spoiler:
 

_________________



Revenir en haut Aller en bas
http://pagesperso-orange.fr/matetmelo/
Zeef
avatar
KtK à la retraite

Nombre de messages : 60
Nom sur Dofus : zeef
Personnage
Nom: Zeef
Classe: Sacrieur
Alignement: Neutre

Sujet: Re : La longue et (pas) passionnante histoire de Gros ! Ven 21 Mai - 15:54

Cool j'aime bien
(bon je n'ai lus que le début car je suis un peu fatigué mais j'ai hâte de savoir la suite cyclops )

En effet il faut du courage pour le faire.

Merci gros pour cette "petite" histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Tude
avatar
KtK à la retraite

Nombre de messages : 668
Nom sur Dofus : Tude
Personnage
Nom: Tude
Classe: Osamodas
Alignement: Sériane
Sujet: Re: La longue et (pas) passionnante histoire de Gros ! Ven 21 Mai - 16:42

Pfffff le nul , manque une 50ene de lignes spèce de fainéant è_é

Non sérieusement , c'est très beau tout ça Smile .

Mais comme disais un ami a moi " Pavé césar , ceux qui n'ont pas lu te salut "


Donc je lierais ce week end <3
Revenir en haut Aller en bas
Zoulouh
avatar
[KtK] Pilier de bar

Nombre de messages : 800
Nom sur Dofus : Zoulouh
Personnage
Nom: Zoulouh
Classe: Sadida
Alignement: Sériane
Sujet: Re: La longue et (pas) passionnante histoire de Gros ! Ven 21 Mai - 21:46

@ Maxou : Non c'était juste pour vous muscler les doigts, ça vous permet de scroller un peu ^^

@ Grosse : C'est pas vraiment des règles, ce sont des conseils (qui sont cités dans les deux liens que j'ai ajouté) et qui pour moi font la différence entre un bon BG et un mauvais. Mais entre nous c'est juste une façon de faire pour moi, inutile de me recopier si tu es satisfait de ton histoire Smile
Revenir en haut Aller en bas
Gros
avatar
[KtK] Bras Droit (qui voulait être meneur à la place du meneur)

Nombre de messages : 1393
Nom sur Dofus : Gros-chanceux
Personnage
Nom: Gros-chanceux
Classe: Enutrof
Alignement: Sériane
Sujet: Re: La longue et (pas) passionnante histoire de Gros ! Sam 22 Mai - 9:07

Bon ok ok j'vais lire tes liens entièrement ! :p Mais bon ça c'est ma façon de faire à moi donc à moins que ce soit vraiment super c'qu'ils disent sur tes liens (le début du premie n'avait rien de très important j'ai trouvé) je pense que je vais rester sur ma manière de faire ^^
_________________
Cordonnier 80 et maître cordomage,
Pêcheur 40 poissonnier 77
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Sujet: Re: La longue et (pas) passionnante histoire de Gros !

Revenir en haut Aller en bas
La longue et (pas) passionnante histoire de Gros !Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
˚°o KostarKravatt o°˚ :: 

Le village

 :: 

La kontrée de KostarKravatt

-